Wikia Jdr-psw
Advertisement


'Zokuron Ta'a' était un Togruta qui a emprunté la voie du jedi consulaire, padawan de la twi'lek Kinsa Talik.

Traits et caractère

Peau violette, tatouages blancs sur la figure, montrals striés de rouge, yeux marrons. Zokuran fait 1m80 sur le dessus de la tête, donc 2m03 si on ajoute les montrals. Il est svelte et élancé, son corps musclé par la vie qu'il a mené.

Serein, maîtrisé et modéré, individualiste et altruiste, observateur et curieux, déterminé. Un peu austère par moments, il est habituellement enjoué et sympathique.

Histoire

Zokuron a vu le jour en l'an 178 ap.BY sur la planète Shili, planète natale de l'espèce Togruta, où ils vivent encore aujourd'hui en tribus tribales et sauvages. Lui, il fait partie de la tribu Taa'Riin'Toan, chaque nom correspondant à l'un des trois clans fondateurs de la tribu.

Les togrutas sont un peuple très communautaire et Zokuron passa son enfance entouré de son clan, de sa tribu, et d'une nature quasi intact. Hormis les quelques chantiers d'extraction de minerai, que certaines compagnies extrashiliennes ont réussi a implanter sur la planète, il n'a eu que de très rares contacts avec la technologie. Les guerriers sont armés de lances et d'arcs, la nourriture provient de la chasse et de la cueillette principalement, bien que sa tribu pratique aussi l'agriculture, mais ce n'est pas un concept répandu. Son quotidien se découpait généralement entre l'aide à la tribu, qu'il s'agissait de porter l'eau ou bien de poser des pièges pour les petits animaux ou encore d'aider au potager, puis aux jeux dans les immenses arbres tropicaux et dans les vastes plaines d'herbe rouge, ainsi qu'aux contes et histoires que narraient les sages ainsi que les guerriers le soir lors du repas. Repas que tous prenaient ensemble sur la place au centre du village de tentes en peaux.

La Force a toujours été en Zokuron, depuis tout petit, mais d'une manière latente. Il avait le regard vif et anticipait souvent les choses, mais pas d'une manière suffisamment marquée pour que cela paraisse exceptionnel. Sa tribu fondait de grands espoirs sur lui, voyant en le petit Togruta un membre qui deviendrait un excellent chasseur dans l'avenir.

C'est dans cette optique qu'il fut élevé et éduqué. A l'âge de 12 ans, ce qui est tôt même pour un Togruta, il fut emmené pour la première fois en chasse avec les adultes. Durant les années qui suivirent, il accompagna les chasseurs de plus en plus souvent, à quelques uns ou en meute plus grande suivant le gibier recherché, mais sans jamais réellement participer. L'apprentissage se faisait par l'observation et par l'entraînement sur de fausses cibles. Mais Zokuron était précoce, et dans l'année de ses 14 ans il fut autorisé à participer plus activement, lui-même ayant déjà fait ses preuves naturellement en attrapant des "petits" animaux peu dangereux.

Car le danger est très présent sur Shili, et surtout à cause de la présence d'une espèce indigène particulièrement habile et féroce: l'Akul. L'Akul n'est pas la seule créature dont il faut se méfier, mais c'est la plus destructrice et violente, et surtout elle affectionne les togrutas en tant que proie. L'Akul, un grand félin au pelage orange qui se dissimule parfaitement dans les plaines d'herbe rouge, fait beaucoup de ravages parmis la population. Pour exemple, Zokuron a huit frères et cinq soeurs, et la moitié sont morts sous les crocs de ces impitoyables créatures. Et il n'est pas le seul a avoir souffert de cela... La mort frappe sans prévenir, mais il a apprit et comprit que cela fait partie de l'ordre naturel des choses. Lui-même chasse et tue pour se nourrir, il en est de même pour l'Akul.

C'est de cette manière qu'il perdit son père dans l'année de ses 15 ans. La tribu s'était vidée de tous ses guerriers pour chasser un groupe d'akuls anormalement nombreux, car ces créatures et leur pelage sont particulièrement prisées, autant par les togrutas que par des extrashiliens en quête d'exotisme. Il découvrit pour la première fois les fusils et pistolets blasters, les holocoms et les vibro-armes, car ils étaient accompagnés par plusieurs extrashiliens, des humains mais aussi des zabraks, des weequays, des grans et d'autres. C'était une très grande chasse. Malheureusement, cela ne s'est pas très bien passé. Les extrashiliens, certains que leurs armes leurs conféraient l'avantage, étaient inconscients du danger. Ils ne faisaient pas attention à la force de leur voix, ni au résonnement de leur pas, et encore moins à ce qui les entouraient, si bien que les akuls les prirent en chasse avant qu'ils ne puissent le faire eux.

Ce fut un massacre chaotique. Les tirs résonnèrent dans tous les sens, les cris de ceux qui tombèrent aussi. Za'al Ta'a, le père de Zokuron, finit par fuir la confrontation avec son fils, mais ils étaient déjà poursuivis. L'Akul finit par les rattraper et mit fin à la vie de Za'al entre deux coups de pattes, avant de se diriger vers le jeune Togruta qui, tremblant de peur et de colère, tenait sa lance prête à frapper en ultime recours de survie. La créature s'élança, bondit, et alors Zokuron ressentit quelque chose en lui. Quelque chose qui l'avait toujours habité mais qui ne s'était jamais manifesté avec une telle ampleur. Il sut parfaitement ce que l'Akul allait faire, quelle trajectoire il allait prendre, et ce n'était pas l'expérience ni l'habitude qui le lui indiquèrent. Il sut, tout simplement. Et de ce savoir, il tira profit et frappa à son tour. Sa lance pénétra profondément entre les yeux de la créature qui s'écroula littéralement devant lui, morte. Puis, alors qu'il se jeta sur son père, pleurant à chaudes larmes à cause de cette perte, frustré et en colère par ces extrashiliens qui en étaient la cause, il se rendit compte d'une chose pour le moins singulière: Autour de lui, comme si la gravité venait de disparaître, il vit flotter une multitude de petites branches, de caillous et de tout ce qui était sur le sol mais pas attaché à lui. Il ne comprit pas ce qui se passait et chassa rageusement les débris d'un revers de main, puis tout retomba aussitôt.

Il ramena le cadavre de son père au village, le portant pendant plusieurs jours, emplit de cette nouvelle énergie qu'il ne s'expliquait pas. Comme tous les mâles de son espèce, et de nombreuses femelles, il était quelqu'un de fort physiquement, car la vie dans la nature sauvage ne tolère pas l'oisiveté. Mais il s'étonna lui-même du peu d'effort qu'il lui fallut, malgré la peine et l'accablement, pour revenir chez lui ainsi chargé. Il fut le dernier à revenir de cet échec lamentable...

Dans les jours qui suivirent, le deuil prit place dans la communauté. Chaque guerrier, lui-même aussi, eu un moment pour narrer la façon dont s'était déroulée la chasse. La tribu fut aussi curieuse que dubitative lorsque Zokuron raconta la façon dont il avait tué la bête, et surtout lorsqu'il expliqua ce qui s'était produit ensuite. On lui demanda de prouver ses dires, mais il en fut incapable.

Les mois passèrent. La vie à la tribu était devenue plus difficile avec le manque de mâles. Les jeunes apprentis, comme Zokuron, étaient devenus des chasseurs accomplis et de véritables adultes reconnus en tant que tel, mais cela bien avant l'heure prévue car le besoin ne leur a pas laissé le temps de rester des enfants plus longtemps. Pour subvenir aux besoins de tout le monde, personne n'eut le luxe de prendre du temps pour lui, comme avant. Et chacun savait qu'il en serait ainsi jusqu'à ce qu'une nouvelle génération vienne gonfler les rangs des chasseurs.

Zokuron n'eut pas de nouvelle expérience avec la Force. Il avait essayé pourtant. Il avait essayé par tous les moyens, en se concentrant, en s'énervant, en se calmant....rien n'y fit, il ne retrouva pas la sensation de cette énergie pleine qui l'avait habité si brièvement. Il en vint même à se demander si ses souvenirs étaient objectifs et clairs, si les émotions fortes ne lui avaient pas altérés les sens, et s'il n'a pas simplement eut un coup de chance face à l'Akul. Et, finalement, le temps passant, il oublia cette histoire, ayant des choses plus importantes à gérer au quotidien.

L'année d'après, alors qu'il était dans ses 16 ans, un grand rassemblement inter-tribu fut organisé. Il s'agissait d'une énorme fête qui avait lieu une fois tous les deux, trois ou même quatre ans, selon le besoin, afin de resserrer les liens entre les tribus, de faire des échanges, et surtout d'unir les jeunes gens en âge de fonder une famille. C'était la deuxième fois que Zokuron se rendait aux "Feux de Bel'ta'anes", et ce fut la première fois en temps que possible futur prétendant. Le choix est totalement libre, deux parfaits inconnus peuvent s'unir au même titre que deux togrutas amoureux depuis toujours, que l'on soit de la même tribu ou de deux différentes. Le rassemblement durant sur dix jours (standards), chacun a le temps de faire des rencontres et de découvrir les autres. C'est aussi l'occasion où des jeux sont organisés, qu'il s'agisse de course à pied, de tir à l'arc, de lutte, de danse et même de chant. De grands récits sont contés chaque nuit au rythme des tams-tams et des cors, des boissons alcoolisées sont servies et des mentalités diverses et variées s'affrontent dans des combats de verbe.

C'est durant l'un des jeux que la Force choisit de réinvestir Zokuron. Alors qu'il était en pleine lutte face à un opposant qui le mettait à mal, il sentit un regain d'énergie brute l'envahir subitement. Il se dégagea de l'étreinte dont il était prisonnier et prit l'offensive, frappant plusieurs fois dans le vide pour garder son adversaire à distance. Mais sur la dernière frappe ratée, l'énergie en lui se transforma en une espèce de Chi puissant qui se matérialisa par une brève mais brutale impulsion qui renversa l'opposant de Zokuron.

Ce fut la surprise générale. Cette fois, tout le monde avait pu être témoin de son pouvoir. Cet évènement se répandit comme une trainée de poudre, et bientôt Zokuron fut aussi craint qu'admiré et....courtisé. Sa mère et lui furent ensuite convoqués par les grands sages des tribus présentes, desquels ils apprirent que ce don leur était connu. Plusieurs togrutas dans le passé l'ont déjà possédé, mais les sages dirent aussi que le don ne fut jamais véritablement maîtrisé sur Shili. Et que sans maîtrise, son don pouvait s'avérer dangereux. Ils incitèrent alors Zokuron à quitter la planète pour partir à la recherche des légendaires jedi, chez qui il recevrait un enseignement adéquat. Ce fut un choix difficile à faire, mais le jeune Togruta accepta.

Il ne prit donc pas d'épouse, se contentant de profiter des festivités. Il était heureux de voir que son clan allait s'étoffer avec l'arrivée de nouveaux mâles, et cela lui donna l'assurance nécessaire pour ne pas culpabiliser de quitter sa tribu dans un moment où elle avait désespérément besoin de chasseurs.

Zokuron dut partir dès la fin du rassemblement, sans rentrer chez lui au préalable. Les sages avaient négocié avec un Togruta contrebandier, qui revenait de temps en temps pour faire du commerce et retrouver sa famille, pour qu'il emmène Zokuron avec lui. C'est ainsi qu'il vit Shili pour la dernière fois.

Mirial:

Tilak Rey habilla Zokuron d'une manière plus convenable pour son entrée dans le monde galactique, lui apprit les bases du basic, lui parla des concepts comme l'argent, la technologie etc. Zokuron était curieux de toutes ces nouveautés et se révéla bon élève. Un point néanmoins vint entacher le voyage: Tilak ne savait pas exactement où trouver des jedi. La plupart du temps il faisait d'ailleurs en sorte de ne pas tomber dessus. Cependant, il emmenait Zokuron sur la planète Mirial, où il était certain que quelqu'un saurait leur indiquer comment les contacter, car les mirialans sont galactiquement connus pour leur étroite connexion avec la Force.

Il leur fallut donc plusieurs jours pour atteindre la planète à l'apparence hostile. Le climat est très différent de celui de Shili, même à l'opposé. Sur Mirial, il n'y a que de la glace et des terres arides. C'est l'un ou l'autre, et aucun des deux n'est agréable à vivre. Pourtant les Mirialans ont réussi à survivre et même à proliférer malgré les dures conditions, et rien qu'en cela, ce peuple avait déjà une certaine estime dans le coeur de Zokuron.

Ils se rendirent ensuite à la capitale, où ils cherchèrent conseil auprès des sages des mirialans. Ce ne sont pas les mêmes sages que sur Shili. Sur Shili, les sages sont des anciens qui parlent avec l'expérience d'une longue vie. Sur Mirial, les sages sont les plus grands utilisateurs de la Force de la planète. Ils peuvent être jeune comme âgé, femme comme homme, de la caste militaire ou paysanne ou religieuse....Zokuron présenta sa requête, narra son histoire et ses expériences particulières, puis demanda conseil auprès des sages avec une humilité toute particulière, car il sentait émaner d'eux l'énergie qui l'avait envahit par deux fois déjà et cela l'intimidait.

Un accord naquit de cette rencontre. Les mirialans demandant un paiement en échange de leur aide, et Zokuron n'ayant ni argent ni bien pour les payer, ils conclurent qu'il resterait un an standard sur Mirial. Sa force, son endurance et sa jeunesse feraient l'affaire.

Tilak repartit quelques jours plus tard, offrant une vibro-dague et un comlink à Zokuron. Zokuron passa ensuite un an parmi les mirialans. Les tâches qu'on lui confia furent diverses et variées, allant de l'entretien des immenses bibliothèques au travaux de la terre dans les serres agricoles. Il travailla avec zèle et détermination, affûtant sa maîtrise du basic, nouant de nouvelles amitiés et découvrant de nouveaux préceptes de vie. Car les mirialans sont eux aussi un peuple très communautaire, mais contrairement aux togrutas où chacun sert la communauté sans distinction, les mirialans laissent la place à l'individualité. Ils estiment que la communauté n'est pas une entité en soi, mais qu'elle est influencée par les actions de chaque personne qui la compose, et qu'ainsi chaque personne la renforce ou l'affaiblit selon la vie qu'il mène. Un précepte qui eut pour seul effet de renforcer encore la détermination du Togruta.

Curieux de nature, Zokuron profita du peu de temps libre qu'il avait pour découvrir la galaxie et tout ce qu'elle comporte. Il utilisa les ordinateurs, les archives et l'holonet pour lire un peu tout ce qui lui passait sous le nez. La forme de la galaxie, les planètes qu'elle comporte, les races et les peuples, la chimie, la physique et l'énergie, le bacta, les vaisseaux spatiaux et les courses de pod-racers, les créatures qui existent, les armes, la musique, des grands auteurs et philosophes....Tout.

Puis arriva la fin du "contrat". Zokuron éprouva d'autant plus d'impatience, mais il ressentit aussi une certaine tristesse en pensant à son départ. A dire vrai, il était apprécié et il avait réussit à bien s'intégrer auprès des mirialans. Il avait même commencé à apprendre leur langue, maintenant que sa maîtrise du basic était meilleure. Et malgré le quotidien éprouvant que cela fut, de nombreux bons moments contrebalançaient largement l'effort fournit.

Mais il n'était pas destiné à rester sur Mirial. Il n'était pas venu pour ça. Donc, le jour venu, il se rendit à nouveau devant le conseil. Ces derniers exprimèrent leur remerciement pour l'aide qu'il avait fournit à la communauté, avant de se préparer à honorer leur part du marché. Pour cela, ils se levèrent tous de leur siège et vinrent poser chacun une main sur son corps. Celui qui semblait être le doyen posa la sienne sur sa tête, en plein entre les montrals.

Quelques instants passèrent. Puis, d'un coup, Zokuron sentit une fois encore l'énergie mystérieuse monter en lui. Mais cette fois, elle se concentra plus encore que les fois précédentes. Le Togruta en éprouva d'ailleurs une sensation de vertige tant la puissance monta. Le ressenti fut si fort, si prenant et réel qu'il lui donna mal au crâne. Ses montrals résonnaient sous le coup d'une fréquence désagréable, et sa tête et ses lekkus devenaient de plus en plus douloureux. Zokuron tenta de gérer la douleur en serrant les dents et les poings, grimaçant sous cette douleur nouvelle, mais finalement c'est un long râle de souffrance qui sortit de sa gorge.

A ce moment, alors qu'il lâchait toute résistance et qu'il perdait tout contrôle, il se vit transporté....ailleurs. Il n'était plus avec les sages et plus non plus dans le grand temple sur Mirial. L'ambiance était feutrée et tamisée, uniforme et sombre. Rapidement, il perçut une silhouette au loin. Elle marchait vers lui, lentement, mais étrangement sans jamais avancer. Et, à mesure que cette ombre encapuchonnée avançait, d'autres silhouettes apparurent, marchant derrière la première. Bien vite, il y eut une multitude d'ombres visibles. Zokuron, de son côté, tentait de se concentrer. Son mal de montrals et de lekkus avait disparut, mais il eut du mal à fixer son regard les premiers instants. Seul le fait que les ombres ne semblaient pas s'approcher physiquement de lui; lui permit de garder un semblant de calme.

La masse en face de lui changea à nouveau au bout d'un moment. Des ombres commencèrent à s'échapper de la foule pour se perdre dans les ténèbres, tandis que d'autres disparaissaient simplement sur place. Puis les restantes disparurent toutes subitement, s'affolant en tous sens pendant un instant avant de se cacher dans les ténèbres à leur tour. Seule subsiste la silhouette initiale, qui continue de marcher inlassablement.

Soudain, la silhouette s'élança en avant. Et pour de vrai cette fois, mue par une vitesse hors-normes. Un sifflement retentit, accompagné par une forte lumière bleue. Zokuron fut aussitôt hypnotisé par cette lumière si claire et si vive au milieu de toute cette ambiance sombre et confuse. La lame de lumière révéla de même son propriétaire, un humanoïde dont le corps et la tête étaient entièrement dissimulés sous une longue bure, comme celles portées par les religieux mirialans mais en plus sobre encore. La lame de lumière et son porteur finirent leur course à quelques mètres, semblait-il, de Zokuron et ils s'immobilisèrent devant lui tout aussi subitement qu'ils s'étaient mit en mouvement.

La silhouette, de profile par rapport à Zokuron, tourna la tête vers le Togruta. Ce dernier ne parvint toujours pas à voir le visage de cette personne mystérieuse. Le temps sembla s'arrêter quelques instants, suspendu par une indicible tension. Puis, comme le tonnerre qui éclate après des heures de chaleur écrasante, un tir de blaster fusa sur eux. La silhouette prit aussitôt une position de combat et dévia le rai de lumière, qui aurait frappé Zokuron de plein fouet s'il n'avait pas eu sa trajectoire barrée par la lame bleue. Une seconde décharge tenta ensuite sa chance. Puis une troisième, et une quatrième, et bientôt il y en eut trop pour que le Togruta puisse garder le compte. Le mystérieux étranger à l'arme de lumière faisait face à ce chaos et s'évertuait à contrer chaque décharge qui essayait de passer...avec succès.

Puis le calme revint, comme s'il ne s'était rien passé. La silhouette resta dos à Zokuron, en alerte. Le silence reprit sa place de maître un petit moment où seul le vrombissement sourd de l'arme lumineuse murmura dans les ténèbres. Juste assez de temps pour se demander quoi d'autre surgirait des ténèbres la prochaine fois. Et, ce fut bien plus terrible que ce qu'il avait pu s'imaginer. Une autre lame de lumière apparut au milieu de l'obscurité, aussi rouge que les tirs de la précédente manifestation vindicative. Zokuron eut juste le temps d'être figé de terreur en apercevant les deux yeux à l'iris de feu et aux veines injectées de sang, qu'il se retrouva transpercé de part en part. La lame rouge lui rentrait dans le ventre, tandis que la bleue ressortait par son torse. Heureusement, il ne sentit rien. L'instant d'après, les deux opposants se remirent en mouvement et s'éloignèrent du Togruta. Ils se mirent alors à tourbillonner autour de Zokuron tout en s'affrontant, leurs lumières dansant l'une avec l'autre dans un violent et grâcieux ballet. C'étaient des grands guerriers, plus habiles que tous ceux que Zokuron a pu voir dans sa vie jusque là. Ils frappèrent de taille et d'estoc, sautèrent à maintes reprises, tournoyèrent dans des attaques à la précision mortelle...Puis, le tourbillon qu'ils formèrent peu à peu autour de l'observateur s’accéléra, lentement, petit à petit, avant de se déformer, comme aspiré par le haut. Zokuron perdit à nouveau l'usage de ses sens et de son corps lorsqu'il fut lui aussi aspiré, jusqu'à se réveiller allongé sur le dos par terre, entouré par les sages qui étaient en train de retrouver le confort de leurs sièges.

-Jedi...et sith. Le choix a été révélé, déclara le doyen une fois assit.

-Qui sont-ils ? Demanda Zokuron en se relevant.

-Des utilisateurs de la Force, répondit une jeune mirialan sur la gauche.

-Les premiers se servent du côté lumineux de la Force pour guérir et protéger...précisa un vieillard sur la droite.

-Les seconds se servent du côté obscur de la Force dans leur seul intérêt...ajouta un jeune mirialan à côté du vieillard.

-Ils sont ennemis depuis le commencement...continua un autre sage.

-Et souvent leurs destins se mêlent étroitement, termina le doyen.

-Qu'est-ce qui se passera si je deviens l'un ou l'autre ? Demanda le Togruta.

-Un jedi peut devenir un sith...répondit la jeune mirialan précédente.

-Mais un sith meurt sith, surenchérit le mirialan à côté du vieillard.

-Le choix t'a été révélé, et tu as été averti des conséquences, achèva le doyen une fois encore. Retire toi et fais nous connaître ton choix lorsque tu auras décidé.

-Et si je choisis de rejoindre les sith ? Questionna Zokuron.

-Alors, tu partiras rejoindre les sith, rétorqua le jeune à côté du vieillard.

-Et nous te prierons de ne plus jamais revenir sur Mirial, dit le vieillard à la suite.

-Va maintenant, et- commença le doyen.

-Les jedi. Je veux devenir un jedi...déclara Zokuron avec fermeté.

-Es-tu bien certain de ton choix ? S'enquit la jeune mirialan.

-Oui, grand sage. C'est un choix fait il y a longtemps déjà.

A cette réponse, les sages acquiescèrent dans le silence. Zokuron demeura sur place encore quelques jours, avant qu'un pass pour une navette allant à Coruscant ne lui soit donné. Il quitta donc Mirial, et à son insu, il fut conduit directement au temple jedi de la planète capitale. La découverte de cette nouvelle planète fut un bouleversement pour le jeune Togruta. Tous ces bâtiments ! Si hauts ! Ils ne grattaient même pas le ciel ils le transperçaient littéralement. Et il n'y avait que ça, des bâtiments partout, à perte de vue...et des vaisseaux, et des droïdes, et une population si hétéroclite qu'il ne pu même pas compter le nombre de races différentes qu'il croisa. C'était, à ses yeux, une grandiose aberration. Il se demanda comment une planète entièrement recouverte de ce "matériau que les civilisés utilisent" pouvait nourrir autant de monde. Et, durant sa contemplation aux émotions mitigés, il ressentit une certaine tristesse pour les habitants de ce monde. Ou de la pitié, il n'aurait pas su dire. Mais la pensée que les enfants qui naissent sur cette planète ne puissent pas passer leur enfance à courir dans l'herbe ni à grimper aux arbres, qu'ils soient condamnés à voir le gris partout autour d'eux, lui serra un peu le coeur.

Il n'eut cependant pas le temps de s'imprégner de l'atmosphère de Coruscant, car quelques heures après sont arrivée il fut renvoyé dans une navette par les jedi, en direction de Yavin IV cette fois. Zokuron repartit donc avec l'espoir, aussi petit soit-il, que cette nouvelle planète soit plus....verte et accueillante que celle qu'il quittait.

Apparitions

Advertisement