FANDOM


Quote1 - C'est ton vaisseau, parrain ?
- C'est bien plus qu'un vaisseau, p'tit gars ! Quote2
Réponse de Edoras à Maly.


Sunny

Le Soleil Bleu est un vaisseau de manufacture privée, un prototype prévu pour explorer les Régions Inconnues et qui ne fut jamais produit en série. En effet, son concepteur s'écrasa sur Thyferra alors qu'il voulait fuir la planète, envahie par Ysanne Isard, en l'an 7. Il confia son vaisseau, en même temps que le cerveau (conservé dans un bocal) de sa femme décédée, à Konix Xyphor, alors un petit garçon désireux de fuir la guerre, lui aussi. Après un passage par Tatooïne, Konix Xyphor parvint à convaincre les moines B'omarr d'utiliser leurs techniques de connection cerveau-machine sur la cervelle de la jeune femme décédée. Le cerveau étant en mauvais état, sa mémoire ne pu être entièrement récupérée. Toutefois, sa personnalité survécu, ce qui dota le Soleil Bleu d'une "âme", une fois qu'elle fut connectée à son ordinateur central. Sunny est jalouse, impulsive, coquette et douée d'un sens de l'humour un peu agaçant. Il semble qu'elle puisse également tomber amoureuse, puisqu'elle connaîtra une romance avec le Chu'Unthor de l'Ordre Jedi, puis suivra un troupeau de vaisseaux intelligents. Il est à noter que si Sunny peut piloter seule le vaisseau, son contrôle n'est pas total. L'efficacité en cas de bataille n'est également pas optimale sans une personne de chair et de sang aux commandes.

Modifications successives

Si au départ le Soleil Bleu était d'une taille comparable à celle d'un petit cargo (environ 20m) et ressemblait à une espèce de "grand X-Wing avec un gros ventre" (la soute du cargo et la pièce à vivre, alors juste suffisante pour un seul membre d'équipage), il subit rapidement des modifications majeures :

  • Tout d'abord (vers les années 15), il fut allongé pour pouvoir héberger un "salon" et une salle de bains juste derrière le poste de pilotage. Enfin, la cabine monoplace devint rapidement une cabine de cargo classique, moins pointue, prévue pour un pilote, un copilote, un canonnier et un passager.
  • Au niveau de l'armement, les trois canons lasers furent remplacés par des turbolasers (vers l'an 12). On ajouta une tourelle de trois canons lasers sur le dos du vaisseau (vers l'an 15), manœuvrée depuis la cabine par le canonnier. Vers l'an 25, les canons turbolasers devinrent doubles, puis quadruples. Vers les années 30, la tourelle devint un quad-laser plus classique et, vers les années 100, une deuxième tourelle quad-laser fut ajoutée sous le ventre du vaisseau.
  • Par ailleurs, Konix fit installer deux lance-missiles et deux lance-torpilles en plus des quatre lanceurs de torpilles à proton d'origine (vers l'an 12). Ce nombre fut encore augmenté vers les années 25, pour un total de 12 lance-torpilles à proton et 6 lance-missiles à concussion. Les torpilles à proton sont rangées dans les quatre "ailes".
  • Enfin, un manteau occulteur pour camouflage optique fut installé afin de dissimuler le vaisseau (cette dernière modification fut certainement la plus coûteuse et ne fut installée que dans les années 120).

Etat actuel du vaisseau

Plan du vaisseau

  • À l'étage supérieur : on trouve le réacteur principal et deux des auxiliaires, ainsi que la cuve de gaz tibana et la réserve de missiles à concussion. Pour des raisons évidentes, l'épaisseur du blindage est ici plus épaisse.
  • À l'étage central : après le poste de pilotage, le salon (20m sur 25m) servant de quartier d'équipage et la salle d'eau, se trouve le couloir menant aux 9 chambres (10m sur 8m) comptant chacune quatre couchettes dépliable, puis un couloir séparant la cuisine et l'infirmerie. On arrive alors à l'armurerie/vestiaire (25m sur 30m), puis à la salle d'entrainement (pièce fourre-tout servant à l'occasion à transporter l'équipage d'assaut).
  • À l'étage inférieur : on trouve essentiellement des espaces de stockage. Deux soutes compartimentées, le hangar, deux des réacteurs auxiliaires, mais aussi le sas arrière doté d'une rampe.

Performances

  • L'efficacité du Soleil Bleu ne repose donc pas entièrement sur la puissance de feu, finalement modeste (un peu supérieure à celle d'une bonne corvette Maraudeur). Il table donc surtout sur la vitesse : 120 Mégalight dans l'espace (comparable à un A-Wing), 1050 Km/h en atmosphère. Pour ce faire, il utilise un générateur principal et quatre générateurs secondaires, alimentant chacun leur propre réacteur. Ce qui, bien sûr, prend de la place et diminue l'espace disponible pour l'équipage. Les coursives sont donc plutôt étroites. Bien que le vaisseau ait été conçu dès le départ pour utiliser diverses formes d'énergies d'appoint, dont l'énergie solaire, les matières fissiles et le recyclage des déchets de bord, la consommation de gaz tibana est importante.
  • L'épaisseur du blindage est de 5m en moyenne, il y a deux couches de boucliers. Hyperpropulsion X4 (X16 en urgence).
  • Ses dimensions sont celles d'une grosse corvette : 200m en longueur, 140 mètres en largeur en comptant les ailes (40 à 45m en largeur sans les ailes), 32m de hauteur.
  • Le Soleil Bleu peut transporter jusqu'à huit chasseurs.
  • Il est à noté que le vaisseau a été conçu pour piéger celui qui s'y introduirait. Ainsi, non seulement tous les couloirs sont dotés d'une porte anti dépressurisation, mais le salon est également équipé d'un bouclier pouvant entourer la table centrale.
  • Capacité de fret : 300 tonnes métriques.
  • Autonomie : selon la taille de l'équipage, 3 à 6 mois (près d'un an si on ne dépasse pas la vitesse de croisière en devant, par exemple, échapper à une patrouille de sécurité). Un entretien des réacteurs doit être fait tout les 7 ans.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .